Nicolas Saudray, site officiel

Le théâtre de Nicolas Saudray

Trois premières photos : Frank Gétreau dans le rôle de Staline et André Filosa dans celui de Hitler, festival de Colmars-les-Alpes, 2016.

Quatrième photo : Frank Gétreau dans le rôle du roi des Vandales, même festival, 2017.

Cinquième photo : Anne-Claire Gourmelon dans le rôle de Blanche de Castille, même festival, 2018.

Sixième photo : Frank Gétreau dans le rôle de l’empereur Frédéric II, même festival, 2018.

Intelligence avec l’ennemi

Année : 2014, deux personnages

Hitler et Staline ne se sont jamais rencontrés, alors qu’ils auraient eu beaucoup à se dire. L’auteur a comblé cette lacune. Il a imaginé leur face-à-face à Brest-Litovsk, en mars 1941, trois mois avant que la Wehrmacht n’envahisse l’Union soviétique. Parlant sans témoins, les deux hommes se jettent des énormités à la tête. Mais c’est aussi une tentative de séduction mutuelle.

Votez Satan dimanche prochain

Année : 2015, quatre personnages

Vexé qu’on l’ait oublié et qu’on ne parle plus de lui, Satan se présente aux élections présidentielles françaises, contre le président sortant. Une présentatrice de télé et une vedette de la chanson s’amourachent de lui et collaborent à son entreprise.

Vivent les Vandales !

Année : 2016, deux personnages

La pièce part d’un fait historique : saint Augustin est mort dans sa ville d’Hippone (Bône, Annaba) assiégée par les pires Barbares de l’époque, les Vandales. Or l’habitude, en pareil cas, était d’envoyer l’évêque au-devant des assiégeants pour négocier avec lui. Nicolas Saudray a imaginé Augustin chargé, bien que malade, d’une telle mission, et essayant d’apaiser le roi Genséric, qui lui propose un marché.

Stupeur du monde

Année : 2017, trois personnages

Le jeune saint Louis et le paradoxal empereur Frédéric II de Hohenstaufen, stupor mundi, se sont-ils vraiment rencontrés à Vaucouleurs ? Les chroniqueurs divergent. Nicolas Saudray a admis le fait et tenté de reconstituer le dialogue. Le cynique Frédéric cherche à entraîner son innocent confrère dans une lutte contre le pape. Louis voudrait persuader l’empereur de partir avec lui pour la croisade. Blanche de Castille essaie à la fois d’éviter la croisade, qui tuerait son fils, et de soustraire celui-ci à l’influence méphitique de son interlocuteur.
Photos
Anne-Claire Gourmelon, Blanche de Castille, 2018
Frank Gétreau, Empereur Frédéric II, 2018